· 

Fiche 3 : La plantation en pleine terre


Quelle commune ne possède pas de vasques fleuries suspendues à un mat d'éclairage, aux balustrades de pont ou aux barrières de sécurité aux abords d'une école ? Dans les espaces dénués de pleine terre, ces bacs offrent une réelle opportunité d'embellissement.

Mais n'est-ce pas une absurdité lorsque de la pleine terre est directement à disposition au pied de ces éléments ou à proximité immédiate ? Réflexe de fleurissement ou manque de remise en question ? Il y a certainement matière à s'améliorer.

 

La première piste de réflexion est l'analyse de la situation de ces fleurissements et leurs coûts.

Prenons un exemple et dressons les avantages et les inconvénients:

Une suspension se situe à 10 km du dépôt communal. Elle est composée de Surfinia et ne dispose pas de réserve d'eau. Au pied, un espace enherbé est tondu 2 fois par mois par le personnel d'entretien. On retrouve ce concept de fleurissement dans plusieurs espaces de la commune afin d'obtenir une unité florale.

Avantages :

  • Un fleurissement abondant si le suivi en arrosage est bien réalisé
  • A l'abri des dégradations, du vol et autres formes de vandalisme
  • En accord avec le fleurissement de la place public/hôtel de ville
  • Un embellissement d'un élément peu esthétique

Inconvénients :

  • Un matériel coûteux (citerne, lance, nacelle ou grande échelle)
  • Un stockage des suspensions en hiver
  • Un double entretien : surface au sol + fleurs en suspension
  • Un manque de visibilité car au-dessus du champs de vision
  • Un perte de temps due au déplacement sur le territoire communal
  • Un achat renouvelé annuellement (plantes, terreau, engrais)
  • Un pollution due aux déplacements et coût du matériel roulant
  • Très énergivore en cas de sécheresse

L'image ci-contre illustre le bon et le mauvais exemple.

A faire :

  • Planter en pleine terre dès que l'occasion se présente.
  • Favoriser les arbustes et les vivaces. Cependant, des annuelles peuvent prendre place également en pleine terre.
  • Adapter le fleurissement à la localisation. Par exemple, si c'est un axe de passage, privilégier les grandes taches pour former une masse fleurie.
  • Lorsque les vasques sont inévitables, favoriser des contenants avec rétention d'eau, mettre en place un terreau de qualité supérieure et un engrais à diffusion lente qui agira plusieurs mois. Toutefois, la réflexion de ce fleurissement doit être aboutie. Est-ce pertinent de fleurir cet endroit ? A quelle hauteur pour être vu ? Quel est le coût engendré  sur 1, 3 ou 5 ans ?

A éviter :

Ne pas fleurir par systématisme !

Il est parfois nécessaire de remettre en question la qualité du fleurissement mais aussi, l’énergie nécessaire pour apporter  une valeur ajoutée au cadre de vie.



Nos conseils "PLUS"

Pour créer l'unité dans la commune, nous vous conseillons de réaliser le même fleurissement pour toutes vos vasques. N'hésitez pas également à mixer vivaces et annuelles.

 

Tout ne doit pas être fleuri. Par contre, certains éléments ou lieux méritent une attention particulière. Pour ceux-ci, vous pouvez doubler ou tripler le nombre de bacs à suspendre afin d'obtenir une réelle masse florale.

 

Lorsque vous plantez en pleine terre, pensez aux 4 saisons ! Les arbustes peuvent avoir un très bel intérêt automnal et hivernal. Les bulbeuses annonceront le début du printemps alors que les vivaces auront la part belle durant l'été.

Écrire commentaire

Commentaires: 0