· 

Le plan de plantation: de l'imagination à la conception

Le moment d'imaginer les futures zones à planter n'est pas toujours la tâche la plus simple. Quelle(s) plante(s) choisir ? Quelles associations envisager ? A quelle densité de plantation? Comment réaliser l'entretien par la suite ?

Tant de questions qui peuvent trouver réponses à travers l'élaboration d'un plan de plantation. En effet, ce plan permet de prévoir les commandes, de planifier les plantations et de les référencer.

Plan de Piet Oudolf extraite de son livre "Plantations : Nouvelles perspectives" aux Editions Ulmer
Plan de Piet Oudolf extraite de son livre "Plantations : Nouvelles perspectives" aux Editions Ulmer

Processus

La conception d'un plan de plantation s'effectue en plusieurs temps: 

  1. La première étape consiste à prendre connaissance du site et de ses contraintes. Celles-ci peuvent être visibles (réseau électrique aérien, borne gaz ou incendie, regards et taques, etc.) ou dissimulées (réseau sous-terrain, sous-couche de mauvaise terre, pollution du sol, terrain inondable, etc.).
  2. La prise de mesure permet ensuite d'établir un premier métré et de pouvoir quantifier la plantation (apport de bonne terre, amendement, nombre de plantes à prévoir, surface à entretenir).
  3. Le plan peut être établi sur base d'une orthophoto (prise de vue aérienne, disponible via WalOnMap) et des mesures prises sur place. Si la zone est déjà implantée, il ne doit pas être précis au millimètre mais au moins à quelques centimètres.
    Une réflexion sur le type de plantation doit accompagner l'élaboration du plan: est-ce une entrée/sortie de ville ou village ? Un rond-point sur lequel est disposé une structure ou un objet d'art ? Quel entretien pourra être assuré ? Est-ce une zone riche en biodiversité? Proche d'une école ? Etc.
  4. Une fois ses idées de plantation claires, il faut dresser l'ensemble sur papier. Il s'agira entre autres d'implanter les différentes espèces dans des zones et de prévoir si il y aura des arbres/arbustes/vivaces/annuelles/bulbeuses.
    Une fois cette tâche accomplie, le quantitatif est dès lors réalisable. Ces documents seront précieux pour la bonne organisation du travail et la gestion en avale.
  5. Un plan clair permet un travail efficace. Les personnes en charge des plantations ont besoin d'un plan à échelle facile (1/10-1/20-1/50-1/100) et d'une grande lisibilité (voire image ci-dessus).
  6. Quand la plantation à proprement dite est terminée, le suivi de celle-ci doit être rigoureux, durant la première année pour les vivaces et arbustes, et durant les deux prochaines années pour les arbres et arbustes (parfois 5 ans pour les arbres). Un contrôle de l'arrosage et des apports en matière riche (engrais et/ou composte) doit être effectué.
  7. Enfin, en référençant toutes les plantations par un code, il sera plus facile par la suite de programmer les interventions et même de pouvoir développer un tableau de fréquence d'entretien.

Plan de plantation (année n)

Exemple plan de plantation
Exemple plan de plantation

Ci-contre, vous trouverez un exemple de plan de plantation assez simple.

 

Ce plan représente la disposition et l'emprise au sol des végétaux lors de l'année de plantation. La taille de l'arbre et des arbustes n'est donc pas représentative de leur développement à maturité. Il est très important de prendre cette croissance en compte.

Par exemple : un Weigelia floribunda d'une hauteur de 80-100cm à la plantation aura une hauteur à taille adulte de 3m. Il est donc nécessaire d'espacer les pieds de 2m minimum.

 

Les premiers plans prennent du temps à être réalisés, il est difficile de choisir quelle plante placer à quel endroit. Après plusieurs essais, trouvez votre méthode et archivez tous les plans qui seront exécutés.

 

Ce que doit mentionner le plan :

  • Un quadrillage 1mx1m pour permettre une implantation facile
  • Des lettres et/ou codes couleur pour les plantations
  • La disposition des plantes en tenant compte de leur développement
  • Une échelle graphique (pour les réductions ou agrandissements de plan)

Ce que peut mentionner le plan :

  • Le(s) réseau(x) souterrains
  • Le nombre de plantes par zone
  • Des repères spécifiques

Une vue en élévation permet de visualiser la volumétrie au moment de la plantation. Cette élévation rend parfois compte des différentes hauteurs prévues des végétaux et facilite le jeu des hauteurs.

Croissance

Comme cité ci-dessus, la croissance végétale est une donnée importante. En tenant compte de la taille à maturité des végétaux, on évite des entretiens trop importants, des végétaux qui ressemblent à des "totems", ou des transplantations risquées.

Il ne faut pas oublier les caractéristiques et exigences des plantes ! Par exemple: le pH du sol, leur exigence en lumière, le risque de gelée, etc.

 

A gauche : deux ans après la plantation, les arbustes ont pris un peu de largeur et de hauteur. Les volumes de vivaces n'ont pas vraiment changé. Peut-être que quelques-unes, avec la concurrence des arbustes, viendront à périr ou se développer moins bien.

A droite : cinq ans après la plantation, les arbustes ont atteint leur taille définitive ou presque, l'arbre a une couronne bien développée et a une ombre portée plus importante. Les vivaces en place ne changent pas.

Conseils

  • Travaillez par "tache" répétée dans la plantation, cela donnera un effet de masse et un côté plus naturel. Evitez la palette de peinture ou le pointillisme.
  • Mixez les hauteurs des végétaux et les périodes de floraison. Cela donnera un intérêt à l'ensemble durant une plus grande période de l'année.
  • Donnez de la structure à votre composition en jouant avec des hauteurs de végétaux différentes (arbres et/ou arbustes).
  • Certains végétaux à feuillage persistant ou à bois décoratif égayeront de leurs couleurs la période hivernale
  • Pour faire participer la population aux plantations, vous pouvez composer 3 ou 4 massifs et, sur base d'un vote, celui qui remporte le plus de voix sera la ligne de conduite des futurs plantations. Idem si vous choisissez de planter des annuelles: faites participer le plus grand nombre au projet.
  • Si vous n'êtes pas sûr de vos associations, faites des tests sur des petites zones avant de vous lancer dans des compositions de plusieurs centaines de m2.
  • Privilégiez les espèces intéressantes pour le biodiversité (cfr http://environnement.wallonie.be/publi/fleurissement-vf.pdf) et bannissez les plantes exotiques envahissantes (invasives) (plus d'infos sur le site d'AlterIAS). 

 

Des ouvrages très intéressants sont disponibles sur le sujet. A titre d'exemple :

  • Le nuancier du jardinier (Editions Ulmer)
  • Plantations : Nouvelles perspectives (Editions Ulmer)
  • Jardins d'hiver, une saison réinventée (Edition Ulmer)
  • Guide de la couleur au jardin (Edition Ulmer)
  • Aménagement des espaces verts urbains et du paysage rural (Edition Tec et Doc Lavoisier)

Écrire commentaire

Commentaires: 0